Séjour au Ventoux

                                                                      

            

Le traditionnel séjour du Club ayant toujours autant de succès, ce n’est pas moins de 30 personnes, cyclos et accompagnant(e)s, qui nous sommes retrouvées ce week-end de Pentecôte à BEDOIN, au pied du célèbre Mont Ventoux.

 

Vendredi 18 Mai

Après une arrivée tardive consécutive aux encombrements rencontrés de la ville d’Avignon, nous avons tous rejoint notre lieu d’hébergement au village de vacances « Les Florans » où nous avons pris notre premier repas sous forme de buffet.

 

A peine le temps de digérer et de changer de tenue que tous les cyclos  ont pris le départ de la randonnée du jour, qui sur le papier devait traverser les grands vignobles des Côtes du Rhône ( Beaumes de Venise , Vacqueyras , Gigondas et autres crus réputés ) ainsi que la cité antique de Vaison la Romaine, mais les nombreuses routes barrées et l’absence de signalisation nous ont obligé à modifier continuellement l’itinéraire prévu.

 

Qu’importe, au village de Beaumes de Venise quelques cyclos désireux de garder leur force pour l’épreuve du lendemain décident de rentrer tranquillement à l’hôtel ; pour les autres, c’est un parcours un peu plus musclé qui les attendait avec notamment la montée du Col de Suzette (7, 5 km  de long avec de belles rampes) puis le col de la Madeleine beaucoup plus souple mais qui n’a rien de comparable avec le célèbre col Savoyard du même nom .

N’empêche, pour une mise en jambe de 59 km c’était bien réussi.

 

Samedi 19 Mai

Voilà, le grand jour est arrivé et les choses sérieuses démarrent avec la légendaire montée du Mont Ventoux tant redoutée.

Petit aparté pour les grimpeurs néophytes :

il existe 3 itinéraires possibles pour accéder au sommet du Mont chauve qui culmine à 1909 m ; les plus difficiles étant les voies au départ de Bedoin et Malaucène ; la plus facile étant celle au départ de Sault.

 

 

Pour information, la montée au départ de Bedoin fait 22,70 km de long sans plage de récupération: dénivelé : 1622 m avec un pourcentage moyen de 7,5% et des passages à plus de 11%.

Non seulement tous les cyclotouristes s’accordent pour reconnaître  que cette ascension est très difficile mais les conditions atmosphériques rencontrées ce matin là – après le chalet Reynard et pendant les 6 derniers km pentus  – ont rendu la montée épouvantable.   

En effet, les cyclos qui sont passés au Chalet Reynard après 10 h 30 ont vécu une montée dantesque avec pluie, brouillard et même un orage de grêle rendant la chaussée particulièrement glissante et dangereuse.

Dans l’impossibilité de redescendre, j’en connais certains qui ont du faire appel à leurs épouses pour venir les récupérer en voiture.

 

A ce propos, permettez moi de vous décrire une situation originale à l’instant précis où j’arrive avec Bernard tout au sommet ; nous découvrons sous un mince abri de fortune (un étroit escalier extérieur) trois cyclos bien de chez nous – Michel , Jean Claude et Janine – blottis les uns contre les autres et transis de froid qui attendaient là depuis de longues minutes une hypothétique voiture . Excusez moi mais pendant une seconde j’ai cru voir les rescapés d’une avalanche que l’on venait de retrouver .

 

Sur le plan sportif et quelque soit l’itinéraire emprunté il convient de noter la présence de tous nos participants sur les routes qui mènent au sommet et l’occasion m’est donnée de saluer la performance de quatre de nos vaillants cyclos – Jacques, Dominique, Philippe et Bertrand –qui ont gravi 2 fois le Ventoux ; une première fois par la montée de Bedoin , la deuxième fois depuis Malaucène, les deux escaladées  dans la même matinée ; alors comme disait Bernard Blier dans le film  Les tontons flingueurs , « ça c’est du brutal ».

Après toutes ces péripéties vous imaginez bien que l’après midi, déjà bien entamée, a été consacrée à la détente et à la récupération.

 

Dimanche 20 Mai

En prévision d’une météo incertaine, les participants décident de modifier le parcours initialement prévu par Dominique à savoir une boucle de 112 km avec un ravitaillement à Gordes au km 80.

En lieu et place il est convenu de raccourcir l’itinéraire de manière à revenir plus rapidement à l’hôtel pour récupérer le panier repas confectionné par chacun dès le matin.

 

Dès lors et sous la conduite de Perrette, la régionale de l’étape, tous les participants prennent le départ, direction les Gorges de la Nesque.

Avec un guide pareil, adieu cartes, GPS et autres repères ; une seule préoccupation admirer le paysage qui nous entoure pour rejoindre le point culminant au belvédère du Castelleras, altitude 734 m au km 35.

 

Même si la beauté du site n’est pas comparable à celui de de nos Gorges du Tarn – chauvinisme oblige- nous empruntons une belle route montante mais pas trop ( 3 à 4% de pente sur une douzaine de km ) qui serpente tout au long des Gorges .

 

Arrivés au dit Belvédère, le peloton se scinde en 2 groupes ; le premier décide de revenir à Bedoin par le même itinéraire, le second va effectuer une boucle par le col de Notre Dame des abeilles – altitude 1000 m- après une ascension assez difficile de 6 km depuis Monieux et des pourcentages, par endroit de 12% .

Tout aussi difficile, le retour à Bedoin va s’effectuer par une longue descente d’une route toute bosselée qui aura eu raison de la tige de selle de notre chère Perrette.

 

De retour à l’hôtel, il me faut vous raconter une autre anecdote originale qui m’a été rapportée et vécue par les occupantes de la voiture assistance des Aveyronnais ( Jeanine et Michèle ) ; après le départ de tous les cyclos au sommet du Belvédère et au moment de leur pause touristique quelle ne fut pas leur surprise de se trouver en face d’un sanglier (sorti de nulle part ) mais nullement effrayé qui déambulait avec les touristes du jour.

Quelle drôle de rencontre !!!!

 

Dans le courant de l’après midi, la pluie qui n’avait pas toujours pas fait son apparition nous aura permis de visiter de manière plus décontractée les charmants villages de Provence : Gordes et les carrières d’ocre de Roussillon pour les uns, Vaison la Romaine et Venasque pour les autres. 

 

Lundi 21 Mai

Toujours sous la conduite de l’amie Perrette qui nous a concocté un magnifique parcours vallonné sur les flancs Nord du Ventoux, les plus courageux de nos cyclos prennent la direction de Caromp – Malaucène puis les montées vers le hameau des Veaux , le Pas du Ventoux – Entrechaux –Malaucène et retour à Bedoin par le col de la Madeleine.  Pour une dernière matinée, en principe réputée plus roulante, les 60 km du parcours avec un dénivelé de 1000 m ont mis les organismes à rude épreuve mais tous étaient ravis par l’itinéraire proposé. Merci Perrette.

 

Pour les autres cyclos et accompagnantes c’était l’heure de faire les dernières visites et achats à Bedoin qui est non seulement la Mecque du vélo mais aussi l’incarnation même de ces beaux marchés de Provence tellement bien décrits par Gilbert Bécaud « et par dessus tout ça on vous donne en étrenne l’accent qui se promène et qui n’en finit pas ».

Après un dernier repas pris par une belle journée il est maintenant l’heure de reprendre le chemin du retour sans oublier de remercier toutes celles et ceux qui ont grandement contribué à la réussite de ce séjour et c’est ainsi qu’a pris fin notre belle escapade du week end.

 

A bientôt sur les routes de Lozère ; amis cyclos, n’oubliez pas notre prochain rendez vous samedi 26 mai à La Canourgue pour la rando à Patrick .

 

Bien sportivement

 

 

                                                                                                        Le Secrétaire

                                                                                         Michel

 

                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.