La Tamburlini

« Eugène Tamburlini est né en 1930 aux Laubies (Lozère). Son père, d’origine italienne était venu en Lozère travailler sur le barrage de Charpal. Sa mère, elle, était originaire du village de Saint-Amans, non loin de Charpal.

À l’âge de 20 ans, en 1950, Tamburlini s’expatrie à Paris où il devient peu à peu cycliste professionnel après une carrière amateur couronnée de quelques succès. En 1954 il remporte l’une des plus belles victoires de sa carrière avec le Tour de Grande-Bretagne. L’année suivante, il passe professionnel sous les couleurs de l’équipe Gitane-Hutchinson. Il remporte alors le Circuit des Ardennes. L’année 1956 il est encore professionnel, avec l’équipe Rochet Dunlop. Il reste au sein de cette équipe encore une année, la saison suivante, mais avec le statut amateur. En 1958, il court en tant qu’indépendant, mais retrouve une équipe l’année d’après.

Ce coureur prometteur, surnommé « tambour » par Charly Gaul, se suicide en octobre 1959. Un hommage lui est rendu depuis 2008 sur les terre du Tour du Gévaudan. En effet une stèle en granit portant une plaque commémorative a été inaugurée en son souvenir le 9 septembre 2008, sur la commune des Laubies. De plus, à partir de cette date un trophée en son nom est donné au meilleur coureur cycliste de Lozère.

Le maire des Laubies, Privat Rousset, a décidé d’organiser avec le club cyclotouriste de Mende une manifestation de cyclotourisme (1re édition en septembre 2009) en sa mémoire. »

 

La 9ème rando route et vtt avait lieu le dimanche 6 Août 2017 aux Laubies. Les Canourguais avaient inscrit ce rendez-vous sur leur agenda et n’ont pas oublié cette rando organisée par le cyclo club Mendois et le foyer rural en hommage à Eugène Tamburlini.

10 licenciés accompagnés de Perrette et Jean Claude s’étaient donnés rendez-vous à la salle communale des Laubies.

Deux circuits 49 kms et 82 kms étaient proposés pour la route.La majorité des licenciés du Malpas optaient pour le grand. Les manchettes étaient de rigueur au départ car les températures avoisinaient les 10 degrés mais les organisateurs avaient prévu de la côte au début du parcours pour atteindre le col des trois sœurs ce qui a permis de se réchauffer.

Le ravito était situé à la baraque des Bouviers à 1406 m d’altitude avant une grande descente pour accéder à St Alban. Le retour s’effectuait par Serverette. Ce magnifique circuit nous a permis de découvrir des paysages sauvages et merveilleux,sur des routes sans voiture.

La restauration était assurée par notre ami Jean-Luc. Merci aux Mendois pour leur sympathique accueil et leur organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.